De longues nuits d’été / Aharon Appelfeld. - Ecole des loisrs, 2017

 

Cela commence plutôt comme un conte intemporel, un conte d’initiation. Un garçon et un vieux errent à travers les campagnes, dormant à la belle étoile. Le vieux est aveugle et le garçon le guide, mais le vieux est aussi un sage et il forme le garçon physiquement et spirituellement. Et puis, lentement, des choses se précisent. Nous sommes quelque part en Europe de l’est à l’époque de la Deuxième Guerre Mondiale et de la persécution des Juifs. Le garçon est juif et a été confié au vieux par ses parents au moment de leur déportation. Le vieux est donc un juste, en l’occurrence un catholique croyant, dont le parler a souvent un ton un peu trop prêcheur.

 

C’est un roman sombre et sérieux, tragique même, car le vieux est tué par une balle perdue, et à la fin le garçon trouve que toute sa famille a disparu. Mais le courage et la bienveillance dont le vieux fait preuve et qu’il enseigne au garçon créent un sentiment de résistance et d’optimisme. C’est néanmoins un texte un peu trop long et d’une piété parfois excessive. Dommage, car c’est l’œuvre d’un grand écrivain. David.

 

004627204