Le temps des miracles / Anne-Laure Bondoux. - Bayard, 2018

Lorsque les douaniers m'ont trouvé, tapi au fond d'un camion à la frontière française, j'avais douze ans et j'étais seul. Je n'arrêtais pas de répéter "jemapèlblèzfortunéjesuicitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité ". Je ne savais pas que mon passeport était trafiqué, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. Je ne pouvais pas expliquer comment j'étais venu du Caucase jusqu'ici, dans le pays des droits de l'homme et de Charles Baudelaire. Surtout, j'avais perdu Gloria. Gloria Bohème, qui s'était occupée de moi depuis que ma mère avait disparu. Avec elle, j'avais vécu libre, malgré la guerre, malgré les frontières, malgré la misère et la peur. Elle me manquait terriblement, mais j'ai toujours gardé l'espoir de retrouver cette femme au cœur immense, qui avait le don d'enchanter ma vie.

Mon avis :
La quête d’identité de Koumaïl alias Blaise Fortune est le fil rouge de ce récit. On suit ses péripéties qui le mèneront du Caucase jusqu’en France. Lui et Gloria seront confrontés aux conflits, à la pauvreté et à la débrouille pour survivre. Les sujets graves qu’aborde Anne-Laure Bondoux sont explorés à travers les yeux d’un enfant de ses sept ans à ses dix-huit ans. On a donc une évolution dans la perception de l’environnement de Blaise au fil des années, de la naïveté d’un enfant à la prise de conscience d’un adolescent puis d’un adulte. Même si nous sommes confrontés dans Le temps des miracles aux conflits d’indépendance, à l’exil, à la violence et à la pauvreté, le récit n’est jamais larmoyant et nous retrouvons la plume lumineuse et poétique d’Anne-Laure Bondoux. Les chapitres sont courts et l'on a toujours envie de connaître la suite. Malgré les sujets importants abordés l'auteure n'est jamais moralisatrice.
Ophélia.

Le temps des miracles
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

croqulivreasso